Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Atelier de stylisme animé par :

Catherine Bronnimann

Styliste et enseignante

Formation :
1972-1974 : Licence en Hautes Etudes Internationales
1970-1974 : Beaux-Arts de Genève (ateliers)
Cours de coupe et couture
1981 : Master class avec Benno Besson, Conservatoire de Berne
1986 : Cours de stylisme et couture, Londres
1992-1993 : Etudes pédagogiques, Certificat d’aptitude à l’enseignement secondaire
Activités professionnelles :
1974-1985 : Création de vêtements textiles (exposition en Suisse et en France)
Dès fin 1985 : Ouverture de Métamorphose, boutique de mode – création de
vêtements
Dès 1986 : Organisation de plusieurs défilés de mode
Dès 1988 : Enseignement du stylisme à l’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués
de Genève
Dès 2000 : Hautes Ecoles d’Arts Appliqués, Genève, stylisme-mode,
responsable de filière et professeur de stylisme

Ce fut une expérience enrichissante à bien des points de vue. Au niveau relationnel, pédagogique et humain.
Concernant l'atelier, je pense que c'est une dimension essentielle pour les étudiants d'avoir d'autres points de vue. Je le remarque également à la HEAA quand je fais venir des intervenants... Les étudiants sont naturellement plus motivés et curieux car la transmission ne se fait pas de la même manière. Il est évident que les intervenants sont à ce moment complètement disponibles et c'est certainement une source de la richesse... Disponibles à transmettre et disponibles à écouter.
Comme je l'ai déjà dit en connaissant un peu mieux le "choc cluturel", personnellement je pourrais encore mieux me préparer car je cible un peu mieux ce qui pourrait manquer aux étudiants. Par exemple, toute une approche sur le corps, le corps vu en trois dimensions, ce qui a paru les surprendre...
L'approche à travers une exposition me paraît également essentielle, car enfin les étudiants ont pu approcher de leurs yeux une vision différente et cela les amènera certainement à développer leur curiosité. Curiosité critique qui me paraît être à la base de toute forme de création.
Il reste enfin une dimension humaine qui se fait à travers les discussions, les vernissages, les...
Qui ouvrent une multitude de débats qui sont source de chaleur et d'énergie.

 

Valentine Ebner Essalihi
Styliste et enseignante


Formation :
En cours : Formation sur le logiciel LECTRA (Modaris Expert, Prostyle, Graphic Spec).
1990-1993 : Ecole Supérieure d’Arts Appliqués de Genève, Diplôme de stylisme
1989-1990 : Ecole CPLN de Neuchâtel, section couture
1986-1989 : Ecole romande des arts graphiques de Lausanne, CFC de monteur-copiste offset
1984-1985 : Ecole d’arts appliqués de la Chaux-de-Fonds, année préparatoire
Activités professionnelles :
Depuis 2001 : Enseignante à l’atelier stylisme de l’ Ecole Supérieure d’Arts Appliqués de Genève,
section stylisme
Depuis 1998 : Styliste indépendante, responsable de production des cahiers de tendances
chez Trend Union, Paris, ainsi que dans les autres sociétés du groupe Edelkoort pour divers
dossiers clients et forums à l’étranger

Ce voyage à Dakar a été une véritable révélation sur plusieurs points.
Le premier point a été l’implication et l’organisation nécessaire pour le montage et la bonne marche d’un tel projet.
En effet avant d’être sur place à Dakar, je n’avais pas réellement saisi l’ampleur de l’investissement personnel montré par les organisateurs, particulièrement Ousmane et Anne. J’ai réalisé que sans cette volonté rien n’aurait été possible, et certainement pas vraiment envisagé, mais l’amour d’Ousmane pour son pays et pour l’art ainsi que son dynamisme a aplani toutes les difficultés, en tout cas de notre point de vue car tout s’est déroulé de façon optimale.
Le projet a été, à mon avis un grand succès autant dans ses objectifs que dans la satisfaction des protagonistes, le CAP, les étudiants de l’Ena et de Tamba ainsi que les artistes invités.
À un niveau plus personnel, je peux avouer avoir été très touchée par l’accueil et la motivation de ces jeunes gens, autant ceux de Dakar que ceux de Tamba mais aussi celle des artistes sénégalais, leur soif d’apprendre, de dialoguer et d’échanger aussi, fait que je ne sais plus qui, à la fin de cette semaine, en avait appris le plus, eux ou nous ?!
J’espère sincèrement que les responsables au Sénégal, que ce soit les ministres, la direction de l’école ou même le corps enseignant, prendront conscience de la richesse de tels échanges et du potentiel créatif de leurs artistes, présents ou futurs. Et qu’ils accorderont à l’avenir un peu de leur temps et de leur attention à ce genre de projet.

Visualisez les travaux d'atelier de stylisme réalisés par les étudiants de l'ENA... /

 

accueil / TGD1 / TGD2 / TGD3 / TGD4 / TGD5 / TGD6 / TGD7 / TGD8 / TGD9 / TGD10 /